HSR Kontakt

Catalogue

Les premiers pas du séchage du foin au Luxembourg

Au sud du Luxembourg, nous exploitons dans la 13ème génération déjà une exploitation laitière de 60 vaches laitières de la race Schwarzbunt Holstein plus progéniture, ainsi qu’un troupeau de vaches allaitantes de 45 vaches nourrices de la race Limousin sur une surface de 130 hectares.

L’explosion des coûts dans l’agriculture des années 2008/09, la crise laitière en 2009 avec le déplorable prix du lait, ainsi que la baisse de la rentabilité dans les cultures de rapport ont accéléré l’urgence de la recherche d’alternatives. J’en suis arrivé à la conclusion que l’évolution future de l’exploitation ne pouvait se faire que dans le sens d’une plus grande autonomie au niveau du fourrage et de l’infrastructure.  La « situation conjoncturelle globale » sociale autour de l’agriculture avec des exigences de plus en plus grandes en matière d’environnement et de durabilité a fait le reste : il fallait que les choses changent !

Un article spécialisé dans un magazine agricole, dans lequel j’ai sélectionné plusieurs adresses Internet en hiver 2010/11 m’a poussé à cliquer un certain temps de manière relativement intensive sur le thème du séchage du foin. J’ai dévoré chaque article concernant le séchage du foin qui m’est tombé sous les yeux et j’ai immédiatement remarqué que le sujet me passionnait !

Au printemps 2011, j’ai alors envoyé un e-mail à l’entreprise HSR en les priant de m’informer plus en détails sur le sujet. La réponse ne se fit pas attendre : Sepp Reindl et son collègue sont passés me voir en moto en juin 2011. Une courte visite de notre exploitation résultat en une brève recommandation : le silo doit disparaitre ! J’ai bien reçu le message, mais la conviction demanda un peu plus de temps....

Toute une série de visites suivirent dans les régions de séchage du foin correspondantes en Autriche, Allgäu/Allemagne, France, Suisse et pour finir aussi la ferme de Sepp Reindl, qui était à l’époque encore aussi le siège de son entreprise HSR.

Profondément impressionné par le mode de travail simple, par la santé flagrante des troupeaux de vaches laitières nourries avec le foin de séchage, par le rendement extrêmement élevé du fourrage sans oublier le foin parfumé et incroyablement vert, cette idée d’examiner sérieusement un passage à l’économie du foin s’est ancrée dans mon esprit.

Tiraillés entre les avantages évidents de l’économie du foin et son image cependant quelque peu exotique encore dans le monde agricole luxembourgeois, nous avons assisté à la naissance de notre projet. Une course d'obstacles de 4 ans dans la jungle de la planification et des habilitations nous a enfin amenés en octobre 2015 au début de la construction.

Un hall pour le foin de 50 & 21m avec quatre grandes boxs de séchage de 200 m² pour env. 8000m³ en tout fut conservée, ainsi qu’une allée de 10 m de large, qui a été couverte à moitié de perforations à pontets, et une box de séchage de 90 m² pour le maïs humide.

L’installation de HSR comporte un appareil d’aération de 45 kW et un appareil de séchage de 77 kW, entraînés par un groupe diesel pour la production d’électricité. La chaleur moteur produite gratuitement est utilisée pour réchauffer l’air de séchage.

Notre étable en stabulation libre construite en 1995 a été élargie en parallèle de 39 logettes pour les vaches laitières ainsi que de 16 supplémentaires pour le jeune bétail. La construction des deux bâtiments permet maintenant de distribuer le foin avec la grue à foin directement sur la table à fourrage.

Les surfaces d’herbage gagnées sur nos anciennes terres cultivées fournissent le fourrage de base supplémentaire nécessaire sous forme de fourrage vert et de foin. Comme nous renonçons également au maïs d’ensilage, la masse de fourrage correspondante moins le mais en grains doit également être couverte par les surfaces d’herbage. À l’exception du jeune bétail jusqu’à l’âge de 6 mois, la totalité du troupeau va en pâturage de fin avril à fin octobre.

En mai 2017, notre devise était « à vos marques, prêts.... ou « back to the future » !

Nos premiers pas avec le séchage de foin. Le manque d’assurance du début avec les premières valeurs d’expérience s’est transformé depuis en grande sérénité et en vaste confiance en soi ! À la fois le séchage du foin, mais également le séchage du maïs en grains en octobre ont démontré la force d’impact promise du HSR.

La première saison avec le foin de séchage a révélé et même dépassé les potentiels espérés. La combinaison du foin de séchage et du mélange fourrager dans les stations d’alimentation composé de maïs séché concassé (64%) et de céréales fourragères (32%) s’est révélé être une véritable sensation ! Avec une performance laitière à la hausse, les composants du lait livré en mars ont atteint une moyenne mensuelle de 3,97% de protéines laitières et de 4,73% de matières grasses lactiques. Nous avons spontanément banni les aliments concentrés utilisés depuis des décennies. Une première estimation de la quantité de foin moyenne consommée au quotidien a donné 24-25kg TS !

La vue de nos animaux révèle une santé du troupeau nettement meilleure. Les vaches sont indubitablement plus heureuses, sont en chaleurs fraîches vêlées et nous offrent une plus grande fécondité. Les problèmes de sabots des troupeaux se sont vus considérablement réduits, même la maladie de Mortellaro n’a plus pu être constatée que de manière minimale par les pareurs d’onglons. Évidemment les coûts de vétérinaire ont également chuté en conséquence.

Le passage à l’économie du foin nous a apporté un mode de travail nettement plus simple et des coûts d’usure clairement réduits au niveau de l’entretien des machines d’occasion de l’exploitation. La technique de distribution du fourrage est ainsi aussi économe en temps et en énergie que bonjour : par valet de ferme.

Globalement, ce pas osé nous a apporté une immense satisfaction et représente un bon prodigieux ! La taille théorique du troupeau de vaches laitières de 85 vaches laitières escompté en fin d’année permettra le financement et la rentabilité à long terme de l’investissement, même sans subvention pour lait de foin sur le prix du lait. Naturellement, nous espérons voir un jour, la qualité supérieure du lait récompensée par un prix plus élevé du lait.

Retour

Nous éveillé votre intérêt?

Demandez notre catalogue 2019 gratuit!

Demande de catalogue gratuit

Vous avez des questions?

Contactez-nous, c’est avec plaisir que nous vous conseillerons!

Contact

Pour améliorer notre site internet et vous proposer des informations qui correspondent le mieux à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies. En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez ces cookies.
En savoir plus